Accueil » Votre ville » Actualités » Mission Patrimoine 2021
Taille du texteAugmenter la taille du texteRevenir à la taille du texte par défautRéduire la taille du texte

Mission Patrimoine 2021

C’est la quatrième édition de la mission pour la sauvegarde du patrimoine en péril confiée par le Président de la République à Stéphane Bern. 18 sites emblématiques des régions de métropole et d’outre-mer ont été sélectionnés et dévoilés ce lundi 5 avril 2021.

Ils bénéficieront d’un soutien financier de la Mission Stéphane Bern via la Fondation du Patrimoine, grâce aux jeux Mission Patrimoine 2021 de la Française Des Jeux, qui viendra s’ajouter aux subventions du ministère de la Culture pour les édifices protégés au titre des monuments historiques, ainsi qu’aux dons et mécénats collectés.

Les dotations accordées à ces 18 sites emblématiques seront annoncées lors des prochaines Journées Européennes du Patrimoine.

Liste de ces 18 lieux emblématiques de la mémoire locale :

> Lieux de mémoire (Musée Marcel Proust – Maison de Tante Léonie, à Illiers-Combray (Eure-et-Loir), Maison Louis Pasteur, à Arbois (Jura), écuries de Richelieu, à Gennevilliers (Hauts-de-Seine), Poste directeur de tir de la Cité d’Alet à Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) musée Alexandre Franconie, à Cayenne (Guyane), ancien pénitencier pour enfants de l’Ilet, à Guillaume (La Réunion) ;

> Patrimoine religieux (couvent de Marcassu, à Cateri (Haute-Corse), Église Saint-Jean-Baptiste de Steenwerck (Nord), Église abbatiale Sainte-Marie de Souillac (Lot), Chapelles de l’Annonciation et de l’Assomption de La Brigue (Alpes-Maritimes), cathédrale Saint-Pierre Saint-Paul, à Pointe-à-Pitre (Guadeloupe) ;

> Patrimoine civil (Maison de maître de forge, à Rupt, (Haute-Marne), Vieux-Château du Neubourg (Eure), Château du Haut-Buisson, à Cherré-Au (Sarthe), Villa Didier à Fort-de-France (Martinique) ;

> Patrimoine rural et industriel (Ferme de Villarivon aux Chapelles (Savoie) ; Poterie à Gradignan (Gironde), Moulin à vent de la sucrerie Roussel-Trianon à Marie-Galante (Guadeloupe).

 

Le Vieux Château du Neubourg représente la Normandie

Le Vieux – Château du Neubourg a été sélectionné pour cette édition 2021 du Loto du patrimoine et la Mission Patrimoine de Stéphane Bern.

Un monument historique

Château médiéval bâti vers l’an mille, il devint une place-forte du duché normand au Moyen – âge.  Le château du Neubourg a été le théâtre d’événements marquants et a accueilli nombre de hauts personnages des histoires de France et d’Angleterre. Il est le chef-lieu d’une seigneurie appartenant aux Beaumont au XIIe siècle, puis aux Meulan et aux Vieux-Pont aux XIIIe et XIVe siècles, parties prenantes des affaires politiques et de la guerre de Cent Ans. De nombreuses parties architecturales ont pu être conservées. Le château comprend aujourd’hui un côté nord avec un front fortifié (tours, courtine, porte à pont-levis) sur environ 120 m, et un côté sud avec un logis du XIIIe siècle à grande salle sous charpente (dite Ancienne Comédie) et la Maison Neuve, logis à pans de bois du début du XVIe siècle.

Des parties architecturales conservées

Les éléments conservés sont particulièrement représentatifs de l’architecture normande médiévale. En 2020, la totalité du château avec ses dispositifs défensifs et une partie de ses abords ont fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques.

  • Les vestiges de fortification :
  1. la courtine 1490-1580

On désigne par « courtine » le tronçon attenant au côté ouest de la Maison Neuve, mesurant 17 mètres de longueur et 2 mètres de largeur. Un point de vue exceptionnel sur la place de l’église.  Elle se prolonge par un chemin de ronde doté de machicoulis.

  1. la Tour de Madame du Boulay

Adossée au tronçon de la courtine nord, elle a une forme en U.  L’étude des maçonneries laisse à penser que cette tour a été construite vers 1400. Sa charpente, en éventail, est datée quant à elle du milieu du XVe siècle.

  1. la Porterie 1490 environ

Beaux vestiges de ses dispositions défensives au niveau du rez-de-chaussée : ancrages d’une herse et feuillures d’une ancienne porte, les deux disparues.

 

  • Le Vieux – Château :
  1. La grande salle de la Toison d’Or

20 m de longueur, 12 m de largeur, 17 m de hauteur. Exceptionnelle par son état de conservation, son ancienneté (début du XIIIe siècle) et l’événement qu’elle a accueilli en 1660.  Impressionnante charpente lambrissée datée avec précision grâce à la dendrochronologie : 1495, plus ou moins 5 ans. Eléments de la machinerie mise au point pour la représentation de La Toison d’Or encore visibles au niveau de la charpente

  1. La porte primitive à archivolte encadrée de colonnes corinthiennes.

Aujourd’hui fenêtre, elle ouvrait initialement sur un oratoire, détruit avec d’autres éléments du château à la fin du XVIIIe siècle.

 

  • La Maison Neuve 1509 :

La Maison Neuve est un très bel exemple d’intégration de fortifications médiévales dans un logis Renaissance. François Ier séjourne dans les lieux à plusieurs occasions. La façade sud est entièrement en pans de bois avec des fenêtres, réparties régulièrement en sept travées sur trois niveaux et encadrées par des motifs en croix de saint André au-dessus et en-dessous. Certains bois sont sculptés.

 

 

Un projet de valorisation

Propriété de la famille Lettré depuis de nombreuses années, la Ville du Neubourg a acquis auprès de l’EPFN le Vieux – Château en 2011 puis en est devenue propriétaire en 2014.

Poursuivant sa politique patrimoniale, elle a également fait l’acquisition en 2016 puis le rachat en 2020 de la Maison Neuve, permettant la réunion des deux parties du château, séparées depuis 1843 à la suite d’une succession. L’acquisition concerne également la tour médiévale de Madame de Boulay, en forme de fer à cheval, et les derniers 17 m de remparts subsistants.

La ville souhaite entreprendre un important projet de restauration et de valorisation de ce site exceptionnel, avec plusieurs objectifs :

– Partager et faire découvrir au plus grand nombre un site unique du patrimoine normand médiéval

– Renforcer l’attractivité culturelle et touristique du Neubourg

– S’insérer dans un réseau de coopération culturelle

Une fois les travaux d’urgence réalisés, la commune a pour projet :

 

  1. Installer le Musée d’Anatomie dans la Maison Neuve

Fondé en 1995, le musée d’Anatomie dispose d’une riche collection de modèles d’anatomie en carton-pâte démontables fabriqués par l’atelier du docteur Auzoux.

Des espaces seront affectés aux expositions temporaires, consacrées à des artistes essentiellement locaux, amateurs ou professionnels.

Seront prévus :

  • Les expositions temporaires en rez-de-chaussée
  • Les collections permanentes au premier étage et dans la tour de Madame du Boulay
  • Les bureaux et réserves au deuxième étage.

 

  1. Créer une salle de spectacle dans la salle de la Toison d’Or

Le caractère exceptionnel du Vieux Château et tout particulièrement de la salle de la Toison d’Or implique de leur donner un usage compatible avec la visite patrimoniale.  L’idée retenue est de créer une salle de spectacle vivant,  en écho à la première représentation de La Toison d’Or qui s’y est tenue en 1660. La salle sera restaurée et le sol remis à niveau pour pouvoir accueillir tous les publics. Un jeu de passerelles permettra la communication avec le chemin de ronde ainsi que l’observation de près de la charpente et des éléments restants de la machinerie installée par le marquis de Sourdéac.

En plus des visites, la salle pourra alors aussi accueillir des résidences d’artistes ou des ateliers, toujours en lien avec le spectacle vivant.

 

  1. Aménager un parc paysager

L’aménagement de ce parc, sera en accès libre toute la journée, et visera à offrir aux Neubourgeois des espaces correspondant à leurs besoins en matière de jardins et espaces verts, tout en satisfaisant les attentes des visiteurs. Il s’agira ainsi de faciliter la compréhension de l’histoire du site, notamment en redonnant à lire la distinction entre intérieur et extérieur de la forteresse par un traitement différencié. Situé à proximité immédiate du centre-ville, ce parc aura aussi un véritable caractère structurant. La transformation des parcelles constitue un axe de développement fort en termes de cadre de vie et de circulation piétonnière.

 

Le projet comprend :

– un parvis minéral pour le Vieux Château ;

– un jardin pédagogique devant la Maison Neuve ;

– une évocation du rempart disparu entre la fin de la courtine et la rue de Brionne ;

– une mise en valeur de la Porterie et de sa fonction première ;

– un aménagement des anciens fossés défensifs en jardins associatifs.

 

Travaux

Sur le plan architectural, le plancher bas de la salle de la Toison d’Or du Vieux-Château présente une déformation. Au rez-de-chaussée, des poutres de soutènement sont dégradées ainsi que le pignon nord-est. La couverture, la charpente et des planchers de la Tour en fer à cheval sont en mauvais état.

Ci-dessous les urgences sanitaires à traiter :
– Tour en Fer à Cheval : charpente, couverture et maçonneries,
– Vieux-Château : dégagement des parties du XIXe siècle causant des désordres structurels, renforcement du pignon est, reprises des piles des caves ainsi que des charpentes et couvertures,
– Courtine sud : analyse de l’évolution des désordres, protection et reprises de maçonneries et éventuelles reprises en sous-œuvre,
– Maison Neuve : charpentes, couvertures et pans de bois et Porterie.

 

Calendrier des travaux

  • 2020 : réalisation de travaux d’extrême urgence sur la courtine et la tour de Mme du Boulay avec le soutien financier de la DRAC.
  • 2021 – 2022 : réalisation des travaux d’urgence
  • 2022 – 2023 : réalisation du parc paysager
  • 2024 : installation du Musée d’Anatomie
  • 2025 : réalisation de la salle de spectacle et mise en valeur du Vieux – Château

Le projet de restauration et valorisation du Vieux Château porté par la ville du Neubourg est donc à la fois ancré dans son territoire et tourné vers l’extérieur.

 

L’enjeu est de redonner au site son caractère structurant à l’échelle du Pays du Neubourg, d’en faire un lieu de vie qui se construise avec les habitants et pour les habitants, tout en l’inscrivant dans une dynamique culturelle et touristique plus large.

Article publié le vendredi 9 avril 2021