Accueil » Votre ville » Actualités » Désherbage des limites de propriété
Taille du texteAugmenter la taille du texteRevenir à la taille du texte par défautRéduire la taille du texte

Désherbage des limites de propriété

Depuis 2017, la commune a abandonné l’usage des produits phytosanitaires sur les espaces publics, au profit du désherbage thermique. Cette pratique présente néanmoins des risques de détériorations au niveau des pieds de façades et de haies.

La fauche de ces herbes demanderait une main-d’œuvre importante et la commune, comptant plus de 20 ha de gazon, 10ha de fauchage, 880 m2 de massifs fleuris sur 22 points de fleurissement, 5 km de haie en linéaire et 5000m2 de massifs arbustifs ; les agents municipaux ne peuvent être sur tous les fronts.

Ils se concentreront désormais sur le désherbage des caniveaux et des trottoirs et ne désherberont plus les limites de propriété privée. A charge pour chaque propriétaire ou locataire de supprimer les herbes folles qui y poussent au droit de son habitation, en proscrivant l’utilisation de produits phytosanitaires.

Afin de maintenir un environnement de qualité, agréable à vivre, voici quelques petites astuces simples et efficaces pour vous aider  :

  • Utiliser binettes, rasettes, couteaux et autres outils à désherber pour déloger les végétaux entre les pavés ou dans les graviers.
  • Arracher à la main les plantes aux racines plus coriaces (pissenlits, chardons).
  • Utiliser l’eau de cuisson de vos pâtes, riz ou pommes de terre pour la verser sur les herbes indésirables. Elle dispose des propriétés de désherbant naturel.
  • Utiliser aussi de l’eau bouillante salée qui fonctionne contre les herbes indésirables ou la mousse. L’eau salée brûle la racine de la plante ou de l’herbe indésirable. Toutefois, attention, une fois l’eau salée versée, la plante peut très vite se dessécher, il est donc important d’appliquer l’eau salée sans empiéter sur les autres plantes.

NB  : l’eau de javel, le sel ou encore le vinaigre blanc sont à utiliser avec parcimonie. Ces usages étant nuisibles pour les eaux de ruissellement et souterraines.   

Article publié le lundi 27 juillet 2020